Tractage

Publié le par Jimini


Décidemment, vous allez me dire que je suis un peu monomaniaque en ce moment, mais c'est pas ma faute, c'est les événements qui veulent ça.
Voici un tract qui a été distribué à une amie d'une amie à la gare de Lyon à Paris.





Comme j'ai conscience que mes lecteurs n'ont pas tous des yeux de Superman, je vous ai reproduit le texte de ce tract torchon. Si vous voulez les images en grand, demandez-moi. Je ne ferai aucun commentaire sur ce billet-là, vous en trouverez dans les suivants. Bonne lecture, si on peut dire.

Le but de cet article n'est pas de dénigrer ou de condamner les personnes homosexuelles, mais de démontrer que l'homosexualité est un péché, un grave péché,  qu'on doit qualifier comme tel, et dont on peut être pardonné et délivré. Les homosexuels sont des pécheurs, comme nous tous, que Dieu aime et veut sauver et délivrer pour leur donner la vie éternelle, à condition qu'ils se repentent.

Le mariage des homosexuels

On pourrait penser que c'est le titre d'un nouveau film comique, du genre de « la cage aux folles » , mais il y a des cas ou la réalité dépasse la fiction. En fait , ce n'est pas un film, c'est une réalité, ce n'est pas une comédie, c'est un drame. Dans plusieurs pays déjà, on célèbre sérieusement le mariage d'homosexuels. Et paradoxalement, à l'heure ou le mariage est une institution délaissé par les autres (les hétéros) , ce sont les homosexuels qui s'y accrochent. Veulent ils donner à leur pratique une respectabilité ?
Avec beaucoup d'énergie, et beaucoup de difficultés certains essaient de nous démontrer que l'homosexualité est une chose naturelle , et qu'il y a les homos et les hétéros,  comme il y aurait par exemple les blancs et les noirs. Nous, naïvement, on avait pensé que l'homme et la femme allaient si bien ensemble, et qu'ils étaient faits l'un pour l'autre. Mais non, on nous dit que deux hommes ou deux femmes peuvent se marier ensemble et que bientôt, ils pourront élever des enfants. Et quand ces propos sont tenus par des hommes politiques, quand on nous dit que 64 % des français approuvent le mariage des homosexuels, on se dit que quelque chose ne tourne par rond  en France et ailleurs.

Historique

L'homosexualité est une pratique vieille comme le monde, et depuis l'antiquité on trouve des homos, même des plus célèbres. En passant par le pharaon Akhenaton, le roi Philippe Auguste, le musicien Lully, les écrivains André Gide et Jean Cocteau, jusqu'à Bertrand Delanoë, l'actuel maire de Paris. Ce ne sont là que quelques exemples, et l'on trouve même paraît-il des sportifs de haut niveau. La Bible, le livre qui est le plus reconnu depuis des siècles par l'ensemble des humains de cette terre, de toutes races et de toutes religions, nous parle très tôt d'homosexualité.

Le livre de la Genèse , au chapitre 18, raconte le jugement par le feu de Sodome et Gomorrhe, deux villes remplies d'homosexuels. (C'est de là que vient le terme sodomie). Dieu dit à Abraham, à propos de ses habitants : « Ce qu'on leur reproche est énorme.  »(Gen 18,20)

Dans le Lévitique , les lois données par Dieu à Moise, la condamnation est sans équivoque: (Lev 20, 13) « Si un homme couche avec un homme comme on couche avec une femme, ils ont fait tous deux une chose abominable; ils seront punis de mort: leur sang retombera sur eux. »
Dans le nouveau testament la condamnation est toujours aussi claire : « C'est pourquoi Dieu les a livrés à des passions infâmes: car leurs femmes ont changé l'usage naturel en celui qui est contre nature; et de même les hommes, abandonnant l'usage naturel de la femme, se sont enflammés dans leurs désirs les uns pour les autres, commettant homme avec homme des choses infâmes, et recevant en eux-mêmes le salaire que méritait leur égarement. » (Romains 1, 26,27) (1 Corinthiens 6:10)« ni les efféminés, ni les infâmes, ni les voleurs, ni les cupides, ni les ivrognes, ni les outrageux, ni les ravisseurs, n'hériteront le royaume de Dieu. »
Dieu ne veut pas la mort du pécheur (= sa condamnation éternelle en enfer,) mais sa conversion, c'est possible, même dans les cas les plus désespérés.

J'étais transsexuel et je m'appelais Sandra

Je suis un garçon né aux Etats Unis et dés mon enfance, un esprit féminin m'habitait. Je me cachais pour m'habiller en fille et ce désir d'être une fille était terriblement fort. Je luttais de toutes mes forces contre ça, et à 18 ans , je m'engageait à la guerre du Viêt- Nam, pensant tuer ma féminité. La guerre, les études, rien n'a pu me délivrer.
Après avoir rencontré des gens qui me ressemblaient, je décidais de vivre à fond ma féminité. Je me suis fait épiler, et en février 1974, j'entrepris les démarches pour changer mon état civil et me fit appeler Sandra.
Je me fit opérer pour l'ablation de mon sexe, prêt à tout pour devenir la femme que je ressentais à l'intérieur. Mes souffrances ont été terribles .En 1976 je pris des cours pour devenir mannequin et pus poser le buste nu, grâce à des implants.

Une des jeunes filles qui prenait les cours avec moi, se mit à prier pour moi, et grâce à elle, le désir de connaître Dieu et sa Parole entra dans mon cœur. En mars 1977 , j'acceptais Jésus comme sauveur, et son Esprit entra dans ma vie. Mon désir de devenir mannequin s'évanouit, et je n'avais qu'une envie, c'était de développer davantage cette nouvelle vie qui était née en moi.
Plus tard, je cessais de prendre des hormones et je réalisais que pour servir Dieu, j'avais besoin de redevenir l'homme que j'étais.
Le pasteur Dan Duke a prié pour moi, et il a chassé le démon « femelle » qui m'habitait depuis l'enfance. J'ai alors expérimenté une grande paix et une grande liberté. Un chirurgien a effectué l'ablation de mes implants de silicone sur ma poitrine, et j'ai donné ma vie à Jésus pour témoigner au monde mon  histoire.
Si je peux répandre la bonne nouvelle de Jésus et être un moyen de libération pour d'autres, je saurais que mes souffrances n'ont pas été vaines

JOHN




Vous pouvez retrouver ce texte ici.

Publié dans Humeurs

Commenter cet article

Maouh 12/12/2005 22:23

Alors moi, franchement, j'y crois pas des masses à cette "conversion" d'un transexuel en re-homme... (je m'exprime mal, je sais...)