Tant qu'il y a de la vie, y a de l'espoir

Publié le par Jimini

Je me permets de relayer cette bonne nouvelle communiquée par l'Inter LGBT. Visiblement, la Justice fait preuve de plus de raison que l'Education Nationale.

Pour ceux qui n'auraient pas suivi l'affaire, Christian Vanneste est un charmant député qui a déclaré à l'Assemblée Nationale que l'homosexualité constituait une "menace pour la survie de l'Humanité". Il a ensuite réitéré ses propos sur le site de TF1 dans une interview où il déclarait (en autre) : "C'est le bon sens ! C'est ce que tout le monde pense mais, en raison du poids de deux mamouths aujourd'hui, le lobby homosexuel et le politiquement correct, personne n'ose le dire.
On n'arrête pas de mettre au même niveau le comportement homosexuel et hétérosexuel, comme si l'homosexualité était une sorte de troisième sexe. C'est à l'évidence faux : si on universalisait le comportement homosexuel, l'Humanité serait condamnée à mort."

Bref, la Justice a été saisie par les associations LGBT pour propos homophobes, et le verdict est tombé aujourd'hui.

=================================
Condamnation du député Christian Vanneste
L'Inter-LGBT salue une décision juste et pédagogique
 =================================


Le tribunal correctionnel de Lille a condamné le député Christian Vanneste à 3000 euros d'amende, à 2000 euros de dommages et intérêts aux associations s'étant constituée partie civile, suite à des propos reconnus comme injurieux sur l'homosexualité.

L'Interassociative Lesbienne, gaie, bi et trans (Inter-LGBT) salue une décision juste et pédagogique : en France, les propos discriminatoire fondés sur l'orientation sexuelle ne sont pas tolérables. Cette décision est la première application d'une loi adoptée en décembre 2004. L'Inter-LGBT n'avait alors pas ménagé sa peine pour qu'elle soit votée. Cette décision de justice démontre aujourd'hui que cette loi est applicable : la même peine aurait été prononcée s'il s'était agi de propos racistes.

L'Inter-LGBT félicite les trois associations qui se sont constituées partie civile ainsi que leurs avocats. Au-delà du cas Vanneste, plus que jamais, il faut travailler à une véritable politique de prévention des discriminations fondées sur l'orientation sexuelle ou l'identité de genre. La Justice ne peut agir seule, car elle n'intervient que lorsque les torts ont déjà été causés. L'Éducation nationale doit, plus que jamais, se mobiliser contre les discriminations, dont les propos du député ne sont qu'une facette parmi d'autres.

--
Interassociative lesbienne, gaie, bi et trans (Inter-LGBT) Association loi de 1901, membre de la Coordination Interpride France et de l’ILGA (International Lesbian & Gay Association)
web : http://www.inter-lgbt.org

Publié dans Humeurs

Commenter cet article